Rechercher

Quel est le fonctionnement de la jalousie ?


Le jaloux se sent dépossédé du sentiment d’être soi, il ne peut exister qu’à travers l’autre qui est garant de ses besoins et désirs. Le jaloux cherche à contrôler, à surveiller et ce comportement suspicieux est constant.

Cela le fragilise augmentant sa dépendance et le plongeant dans une attente anxieuse, peut-être celle où il est resté comme suspendu, enfant n’ayant pas pu bénéficier d’un accompagnement affectif.

Il fonctionne sur un mode d’attachement exclusif.


Il peut engager des jeux malsains où il campe la position de Sauveur, prenant soin de l’Autre tout en le gardant dépendant, voire démuni. Si d’aventure, l’Autre retrouve sa liberté, échappe à son contrôle, le jaloux peut avoir des comportements menaçants ou violents.

Il raisonne dans une logique du Tout ou rien. Un Tout qui ferait que l’autre ne devrait rien désirer en dehors de lui. « Je veux être tout à toi et toi, tout à moi. » Très idéalisé, ce Tout lui sert de défense au manque et au désir d’être unique.

Mais si l’autre désire en dehors de lui, c’est de son insuffisance qu'il est question, mettant au grand jour sa défaillance narcissique.

La sensation d’être exclu souligne ce Rien. Il se vit évincé par meilleur que lui, ce qu’il cherche à masquer dans une attitude agressive.


Le territoire du jaloux se fissure de doutes, ce qui le plonge dans des sentiments de confusion, d’agressivité, de haine, d’anxiété voire de terreur.

La jalousie est une émotion cruelle, dévastatrice. Il se retrouve, isolé, en proie à des phrases tournant en boucle « ne pas faire confiance », « ne pas montrer ce que l’on ressent », « ne pas s’attacher ». Il se trouve dans un état de grande détresse.

La thérapie va pouvoir aider le patient à accéder à son ancienne blessure, cette symbiose primitive qui a laissé des traces dans la douleur de la jalousie. L’objectif est que le patient trouve un accord entre l’attachement et la distance en évitant de sombrer dans la possessivité.


9 vues

Posts récents

Voir tout