Rechercher

La jalousie, autopsie d’une blessure.

Dernière mise à jour : 21 janv.

La source de la jalousie.


La jalousie dépasse la relation amoureuse.

Elle parle de la crainte de perdre ce que l’on possède ou croit posséder et le premier objet de possession est la mère.

La jalousie prend racine sur le manque ; elle devient l’expression même de ce manque.



A la naissance le tout petit et sa mère vivent intensément, dans un climat de fascination mutuelle foncièrement narcissique, le fantasme d’unisson, de complétude.

Au sevrage, l’enfant est confronté à une séparation nécessaire pour son développement psychique et physique mais qui est vécu pour lui comme source de grande angoisse. Il se vit abandonné, vivant une suite ininterrompue de présence et absence. C’est le processus lent et progressif du « défusionnement » avec la mère pour ouvrir l’espace relationnel avec l’autre : le père, la fratrie… Le père soutient la séparation par une attitude ferme mais sans hostilité devant les réactions de frustrations de ce tout petit.

Si l’enfant n’a pu bénéficier de cet accompagnement protecteur et structurant il aura du mal à renoncer à ses désirs de possession et à sa tyrannie. Pourquoi ?

Soit « le père n’a pas fait don de la loi à l’enfant » c’est-à-dire des règles culturelles. Cette loi est essentielle pour amorcer la sortie de son mode de fonctionnement narcissique où il règne en tout-puissant. C’est son manque qui est à l’origine de la violence.


Si ce père n’a pas tenu son rôle de facilitateur de la séparation mère-enfant alors l’enfant reste seul face à ses débordements émotionnels.

Soit la mère n’a pas permis le détachement, favorisant de fait, un attachement de type angoissé de l’enfant pour elle. Elle a pu se montrer distante, indisponible, rejetante, L’enfant est dans une perpétuelle attente, suspendu, en quête de signes d’intérêt de sa part à elle. Ou alors la mère a pu être possessive et captatrice aux moindres élans d’éloignement de son bébé, se vivant abandonnée à ses propres angoisses de séparation, sans soutien d’un homme ou d’un environnement rassurant.

L’enfant devient un adulte avec sa blessure de perte du couple fusionnel avec sa mère.



42 vues

Posts récents

Voir tout