Rechercher

Pourquoi je n’arrive pas à m’aimer ?

Pourquoi je pense que je ne vaux pas grand-chose ?

Comment être aimé si l’on ne se pense pas être « aimable », digne d’être aimé ?


Chaque individu vient au monde avec un capital narcissique dans ses gènes.

Ce capital est néanmoins fragilisé dès la naissance. Cette expérience est considérée par l’enfant comme une forme d’abandon de la part de sa mère car il lui faut passer d’un état confortable à un état douloureux qu’est la naissance.


Ce moment est toutefois compensé par l’état de confort retrouvé de 0 à 6 mois.

Le bébé est pour lui-même le centre du monde. Il ressent sa mère comme une partie de son propre corps. Il la voit accourir sans délai au moindre de ses appels, il est donc persuadé qu’il a autant de pouvoir sur elle que sur sa main.

Cette phase est nommée ‘narcissisme primaire » ou « principe de plaisir ». Et c’est durant cette période que le regard de la mère à l’enfant lui dit « oui, je t’aime » et qu’il traduit par « oui, je suis aimable ».

C’est un moment fondateur pour tout être humain.

A 6 mois, au sevrage, la mère répond moins immédiatement à ses demandes, l’enfant réalise qu’elle n’est pas un morceau de lui, qu’elle a une existence propre, qu’il y a un extérieur de lui sur lequel il n’a pas de prise. Ce moment est considéré par l’enfant comme un deuxième abandon ; C’est une nouvelle atteinte narcissique.

Cette période est appelée « narcissisme secondaire » ou « principe de réalité ». Cette étape rend l’enfant capable d’agir sur la réalité extérieure. Il commence à s’attacher à des personnes. Pour autant, l’enfant ne renonce pas à lui-même et continue à s’aimer.


Cet amour de soi est la référence pour faire face aux épreuves qui peuvent porter atteinte à l’image de soi.

Ruptures, licenciements…donnent l’impression que l’on est rejeté…qu’elles soient petites ou grandes, les blessures narcissiques sont présentes durant toute notre vie. Si l’on a, dans son enfance acquis, grâce à ses parents, le sentiment de sa valeur, on est à même de relativiser ses échecs.


Alors pourquoi les personnes ont un déficit de confiance en eux, d’amour de soi ?


Parce qu’enfant, il n’a pas été sûr d’avoir une valeur pour ses parents, d’être reconnu et valorisé, être accepté et respecté en tant qu’individu avec ses particularités.

Quand le regard d’amour maternel n’a pas été suffisamment affirmé et perçu par l’enfant, cela va déclencher une faille narcissique. L’adolescent puis l’adulte va chercher à la combler par le regard de l’autre en permanence. Cette faille va déclencher une dépendance affective, c’est-à-dire un besoin de venir confirmer par le regard de l’autre qu’il est aimable.



19 vues

Posts récents

Voir tout